Archipel Citoyen

Pollution publicitaire

Nos objectifs

Libérons Toulouse de la publicité

Lutter contre la marchandisation, le consumérisme et la surconsommation.

Lutter contre la pollution visuelle, sonore et celle des écrans, ainsi que le gaspillage.

Se réapproprier le paysage public.

Libérer les habitantes et habitans de l’influence néfaste de la publicité commerciale.

Suppression des publicités commerciales (non locales).

Faire des économies d’énergie.

Notre diagnostic

L’espace public est envahi de publicité commerciale : affichage 4×3, publicités lumineuses dans le métro, sur les bus, dans les trams et dans les magasins.

Par exemple, la publicité peut être sur tout le tram, empêchant les gens à l’extérieur de voir l’intérieur du tram.

Les écrans de publicité du métro sont nombreux et agressifs, parfois cote à cote, et diffusent la même chose. Ces panneaux d’images mouvantes attirent le regard.

Anti écolo, anti responsable : la publicité commerciale promeut des entreprises parfois loin d’être responsable écologiquement ou socialement.

Le vrai bilan du maire

L’espace public et en particulier les transports en communs sont autant de supports concédés aux grandes entreprises pour leurs publicités.

Les habitantes et les habitants sont surtout considéré·e·s comme des consommateur·trice·s.

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Nos sources

En 2014, à Grenoble, le maire écologiste Eric Piolle ne renouvelle pas le contrat avec JC Decaux. 326 panneaux sont supprimés. La perte financière est estimée 540 000 euros. (1) (2)

Les publicités des abribus restent, cependant le contrat expirant en 2018 a été renouvelé pour 12 ans mais avec une diminution drastique : toutes les « sucettes » enlevées, 360 panneaux pub enlevés des abribus et tram. De plus, l’éclairage publicitaire sera diminué (68 % d’économie de consommation électrique).
La moitié des espaces publicitaires est réservée aux commerçants locaux.
Le contrat avec JCDecaux : 500 000 euros par an. (3) (4)

Le financement a été réalisé par une baisse du budget « protocole » mais le montant donné par la municipalité est contesté par JCDecaux. (5)

Notes
(1) https://positivr.fr/grenoble-interdit-panneaux-publicitaires/
(2) https://www.francetvinfo.fr/politique/avant-apres-regardez-comment-la-pub-a-deserte-les-rues-de-grenoble_967209.html
(3) https://www.francebleu.fr/infos/societe/il-y-aura-toujours-de-la-pub-sur-les-abribus-a-grenoble-1549702622
(4) https://www.placegrenet.fr/2019/02/08/jcdecaux-abribus-contrat-smtc/228335
(5) http://www.lefigaro.fr/medias/2014/11/26/20004-20141126ARTFIG00005–qui-profite-la-suppression-de-la-pub-a-grenoble.php

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal