Archipel Citoyen

Pollution de l’air

Nos objectifs

Respirer un air sain à Toulouse

Au même titre que l’eau, l’air peut être considéré comme notre bien commun. C’est en effet une ressource essentielle à la vie humaine dans des conditions saines et durables. Pour Archipel Citoyen, l’ensemble des habitants de Toulouse et de la Métropole, quel que soit leur quartier, leur école ou leur lieu de travail, doit pouvoir respirer un air sain, avec une attention prioritaire portée aux plus fragiles comme les enfants ou les personnes âgées. Ainsi, aucun endroit dans Toulouse ne devrait être exposé à des niveaux de pollution supérieurs aux seuils définis par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Notre diagnostic

La pollution est un “tueur invisible”, elle est responsable selon certaines études :

  • de 67 000 décès prématurés (AVC, cancers des poumons, maladies cardiaques, …) en France chaque année (soit plus de 10% de la mortalité en France).
  • des allergies respiratoires chez 30% de la population adulte et 20% des enfants
  • d’un coût annuel de 100 milliards d’euros pour la société

En 2019 à Toulouse, nous avons connu  5 épisodes de pollution, dont 3 épisodes de particules en suspension inférieures à 10 microns et 2 épisodes d’ozone. Mais ce sont surtout les niveaux de pollution au dioxyde d’azote qui sont alarmants avec 5 000 à 10 000 habitants (1% de la population) exposés à de niveaux moyens supérieurs aux seuils définis par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour protéger la vie humaine. Ces émissions sont dues à 80% au transport routier et localisées en priorités au niveau de la rocade et des grands axes, c’est donc là que ce situe le principal levier d’action.

Le vrai bilan du maire

Si les émissions de dioxyde d’azote (NO2) diminuent légèrement depuis 2010 (-1,7% par an), principalement du fait du remplacement naturel des vieux véhicules diesels, les émissions de particules fines (PM10 et PM2.5) stagnent depuis 2014. La municipalité actuelle n’a pas engagé de mesure ambitieuse pour lutter contre la pollution comme d’autres métropoles (Paris, Lyon, Grenoble) qui ont mis en place dès le milieu de l’année 2019 une Zone à Faible Emission (ZFE) pour interdire la circulation des véhicules les plus polluants. A Toulouse, l’objectif de mise en place est fixé à fin 2020

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

1 Comment

  1. pierre lhuillier

    La pollution atmosphérique tue prématurément entre 100 et 1000 personnes par an à Toulouse ; l’incinérateur dépasse régulièrement les seuils d’émissions définis comme acceptable ; la circulation routière est saturée ; un décollage d’avion dépense 4500 l de kérosène, très polluant. Un quartier comme Papus subit ces trois fléaux dans le même temps.
    Les donneurs d’ordre ont une lourde responsabilité dans la non-intervention à personnes en danger.
    Des propositions à porter auprès des autorités compétentes (état, …) ou à mettre en oeuvre dans la compétence municipale sont :
    – fermeture de l’incinérateur et réduction des déchets (fin de la publicité, réutilisation des cartons, tri des déchets verts patout, …)
    – passer le réseau routier à 50 km/h sur la rocade et les entrées de ville (route, autoroute, …)
    – diminuer le nombre de vols de 20% en 1 an et de 50% à la fin du premier mandat (fermeture de la navette toulouse-paris et des vols intérieurs)

Laisser un commentaire

1 Comment

  1. pierre lhuillier

    La pollution atmosphérique tue prématurément entre 100 et 1000 personnes par an à Toulouse ; l’incinérateur dépasse régulièrement les seuils d’émissions définis comme acceptable ; la circulation routière est saturée ; un décollage d’avion dépense 4500 l de kérosène, très polluant. Un quartier comme Papus subit ces trois fléaux dans le même temps.
    Les donneurs d’ordre ont une lourde responsabilité dans la non-intervention à personnes en danger.
    Des propositions à porter auprès des autorités compétentes (état, …) ou à mettre en oeuvre dans la compétence municipale sont :
    – fermeture de l’incinérateur et réduction des déchets (fin de la publicité, réutilisation des cartons, tri des déchets verts patout, …)
    – passer le réseau routier à 50 km/h sur la rocade et les entrées de ville (route, autoroute, …)
    – diminuer le nombre de vols de 20% en 1 an et de 50% à la fin du premier mandat (fermeture de la navette toulouse-paris et des vols intérieurs)

Laisser un commentaire

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal