Archipel Citoyen

Perturbateurs endocriniens et pollution chimique

Nos objectifs

Plan de lutte contre les perturbateurs endocriniens et la pollution chimique
  • Diminuer l’exposition de la population aux perturbateurs endocriniens, particulièrement pendant la grossesse, la toute petite enfance et l’adolescence.
  • Améliorer la connaissance de cet enjeu de santé publique majeur. Favoriser l’information de la population, des professionnel∙le∙s de santé, des personnels des collectivités territoriales, des professionnel∙le∙s de la petite enfance, des acteurs économiques.
  • Informer tous les ans les citoyennes et citoyens sur l’avancement des engagements pris.

Notre diagnostic

L’air intérieur est 7 fois plus pollué que l’air extérieur. Chaque année, en France, on estime que la pollution de l’air intérieur serait responsable de près de 20 000 décès prématurés, selon une étude réalisée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI).

D’après le rapport Esteban (Santé Publique France, septembre 2019), près de 100% de la population est contaminée sur les 6 classes de molécules testées, toutes très suspectes d’être des perturbateurs endocriniens.

L’augmentation majeure de maladies comme l’autisme, certains cancers (sein, testicule, prostate), des troubles de la reproduction et de bien d’autres affections (pubertés précoces, obésité, etc.) est très probablement liée à cette contamination.

La contamination est d’autant plus préoccupante qu’elle a lieu sur certaines fenêtres d’exposition clés : période fœtale, petite enfance, puberté. Elle pourrait impacter bien plus tard dans leur vie les individus exposés, mais aussi leur descendance.

Il s’agit donc d’un enjeu de santé public majeur.

Le vrai bilan du maire

Toulouse a signé en 2018 la charte Réseau Environnement Santé « Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens ». Au delà des déclarations d’intention, les pratiques doivent être largement améliorées, notamment en ce qui concerne les crèches et les femmes enceintes.

En particulier, il n’y a aucune garantie que les barquettes végétales “bio sourcées” ne contiennent pas de perturbateurs endocriniens, comme des traces de pesticides. Certains plats restent par ailleurs conditionnés en barquettes plastiques : les plus chauds (daube par exemple), du fait d’un problème pour fermer les barquettes “bio sourcées”. La chaleur augmente le transfert de molécules plastiques vers les aliments. Par ailleurs, les opercules des barquettes seront toujours en plastique.

De même, l’Appel des coquelicots visant à l’interdiction des pesticides de synthèse a été signé en 2019, sans avancée pratique quant aux commandes publiques alimentaires.

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Nos sources

Rapport Esteban, Santé Publique France septembre 2019 https://www.santepubliquefrance.fr/etudes-et-enquetes/esteban

Perturbateurs endocriniens, conseils aux parents

https://www.alerte-medecins-pesticides.fr/wp-content/uploads/2016/03/ME-Janv-2014-conseils-parents-PE.pdf

Charte du Réseau Environnement Santé “Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens” http://www.reseau-environnement-sante.fr/villes-sans-perturbateurs-endocriniens/

Blog qualité cantine : https://qualite-cantines-toulouse.com/

Etude Pélagie https://www.pelagie-inserm.fr/index.php/principaux-resultats

Etudes de l’ANSES et l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur : https://www.anses.fr/fr/content/qualit%C3%A9-de-l%E2%80%99air-int%C3%A9rieur

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal