Archipel Citoyen

Réduire le besoin en déplacements

Nos objectifs

Repenser la proximité

L’utilisation de la voiture individuelle pour les déplacements est source de nuisances, ne participe pas à la réduction des Gaz à Effet de Serre et contribue donc au réchauffement climatique.

Si le report des déplacements de la voiture individuelle vers des modes doux (marche à pied, vélo) ou des transports en commun permet de réduire ces nuisances, il convient également de s’interroger sur la réduction des déplacements surtout lorsque la métropole toulousaine est en pleine croissance démographique.

Cela signifie repenser la proximité des commerces et des services dans les bassins de vie mais également la réduction du nombre de déplacements ou les distances parcourues vers les bassins d’emploi ou d’études.

Il s’agit ici de favoriser une forme de dé-mobilité en agissant sur l’urbanisme pour rapprocher l’habitat et l’emploi/études mais aussi de favoriser la mutation des comportements individuels et inciter les entreprises à évoluer pour répondre aux urgences climatiques et aux exigences de santé publique.

Par ailleurs, pour répondre aux besoins existants via les modes doux ou l’optimisation des transports routiers le thème transport propose d’autres préconisations.

Notre diagnostic

L’étalement urbain et l’organisation de la ville par îlots monofonctionnels multiplient les besoins de déplacements contraints.

Chaque automobiliste perd 6 jours (chiffre 2018 ; 5,5 jours en 2017) par an dans les embouteillages à Toulouse, la situation s’aggrave d’année en année.

La distance moyenne entre le domicile et le lieu d’emplois/études est de 16 km (en 2013, +7% depuis 2004) et augmente d’année en année.

Le vrai bilan du maire

Le PARM (Projet d’Aménagement Routier Métropolitain) a été voté par Toulouse Métropole en février 2019. Il prévoit notamment un plan d’investissement de 1,8 milliards d’euros jusqu’en 2040 afin de mener à bien  305 projets routiers dans la métropole.

Le PLUIH (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal et Habitat) a été adopté en 2019. La commission d’enquête associée considère qu’il est impératif que “les infrastructures routières soient développées” et que “la voiture est sans alternative crédible”. La place de la voiture n’est donc pas remise en cause par ce plan.

Toulouse Métropole a participé au projet européen COMMUTE visant à étudier les solutions nouvelles de mobilités autour de la zone aéroportuaire à titre expérimental entre 2018 et 2020.

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Nos sources

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal