Archipel Citoyen

Petite enfance

Nos objectifs

Une grande ville… pour les tout petits ! La politique de la petite enfance comme base de la santé et de l’égalité pour toute la vie.
  • Répondre aux demandes de moyens de garde et lutter contre les inégalités qui s’installent dès la petite enfance.
  • Favoriser l’accueil des enfants qui présentent des besoins spécifiques.
  • Proposer des solutions de garde adaptées aux parents qui ont des horaires atypiques.
  • Soutenir les assistantes maternelles en favorisant l’échange autour des pratiques professionnelles et la mutualisation des locaux.
  • Établir une politique publique à la hauteur de l’enjeu des perturbateurs endocriniens.
  • Participer à la prévention des risques de santé chez le petit enfant : accidents domestiques, usage des écrans, alimentation.

Notre diagnostic

Le nombre de naissances à Toulouse (autour de 5 000 au début des années 90) a sans cesse augmenté depuis le début des années 2000 et est passé à environ 6 500 actuellement, selon l’état civil de Toulouse.

Les demandes d’accueil occasionnel sont plus nombreuses sur les quartiers du Grand Mirail et sur les Quartiers Politique de la Ville où le chômage, la précarité et la proportion de familles monoparentales sont plus fortes. Or, la priorité a été donnée aux familles qui travaillent. Il est essentiel de mieux répondre aux demandes d’accueil occasionnel qui sont laissées aujourd’hui « à la discrétion » des directrices des crèches.

La ville de Toulouse a privilégié durant ce mandat la gestion associative, moins coûteuse, qui représente environ 85 % des nouvelles places.  Les subventions aux crèches associatives n’ont pas évolué depuis dix ans.  Une revalorisation des subventions est nécessaire, certaines de ces structures étant déficitaires. Les petites crèches associatives sont très fragilisées financièrement.

Les premières années de vie sont cruciales pour la construction de l’individu : développement du langage, des bases de la socialisation, de la motricité… qui sont tous très importantes pour l’épanouissement de l’enfant et son entrée dans les apprentissages.

Une action municipale renforcée dès la petite enfance pour les enfants défavorisés est un moteur d’égalité pour toute la vie.

Le vrai bilan du maire

Création de 600 places en crèches durant le mandat 2014-2020… et non pas 1100 !

Le nombre de nouvelles places en crèches collectives est de 902. Le nombre de places en crèches familiales a fortement diminué, passant de 358 à 236. Au total, le nombre de nouvelles places est de 902-292 soit 610 places (dont 506 initiées sous le mandat précédent). On est donc très loin des « 1100 places » annoncées.

Moins de 40% des familles demandant un accueil régulier en crèche reçoivent une place (2018 : 5208 demandes, 2146 admissions). Le délai d’attente peut aller parfois jusqu’à 18 mois ! Le manque de mode de garde est l’un des plus grands freins pour l’emploi des femmes.

La ville de Toulouse a adhéré en 2019 à la charte “Villes et Territoires sans Perturbateurs endocriniens“. Depuis la signature de cette charte, aucun progrès n’a été fait dans ce domaine. Toulouse n’a aucune politique en matière d’allaitement.

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal