Archipel Citoyen

Vie culturelle

Nos objectifs

Pour une culture plurielle et partagée dans tous les quartiers
Une culture de tou-te-s, pour tou-te-s et partout. S’appuyant sur les droits culturels, Archipel Citoyen souhaite accompagner le dynamisme des acteurs et actrices culturels en reconnaissant le droit à chacun-e d’exprimer sa culture. L’échelle du quartier doit permettre la rencontre, la transversalité et limiter l’entre soi. Chaque quartier, équipé de lieux d’expérimentation transversaux, est l’élément à partir duquel va se construire le patrimoine culturel de demain en s’appuyant sur celui d’hier.  
La politique culturelle d’Archipel Citoyen sera résolument expérimentale (expérimenter ensemble pour trouver des modèles communs), inclusive, tout autant soucieuse du local que tournée vers l’extérieur (lien inter-local). 

Notre diagnostic

L’effervescence culturelle toulousaine est aujourd’hui bridée par une logique d’affichage et de rentabilité et un manque de moyens pour la création, en particulier pour les institutions et structures décentralisées ou hors centre ville. Le constat, partagé par de nombreux acteurs culturels toulousains, fait ressortir un manque important de lieux (aux normes) de production, de résidences, de création et de répétition, d’expositions ou d’expérimentation (interdisciplinaire).

Il y a donc un besoin fort d’accompagner les “vies de quartier” et d’organiser des moments de rencontres et de lien en s’appuyant sur les initiatives et le patrimoine existants.

En terme de droits culturels, tout reste à inventer et à mettre en place à Toulouse !

Le vrai bilan du maire

  • Suppression des animateurs de quartiers, véritables passeurs culturels et supports techniques et organisationnels pour les citoyen-ne-s autour des événements de quartiers.
  • Diminution d’une grande partie des allocations dédiées aux structures dans les quartiers
  • Séparation des services culturels et socio-culturels, entrainant une grande difficulté pour accompagner les projets transversaux et faire tomber les barrières.
  • Peu de moyens injectés dans la médiation pour tisser les relations entre organisateur-rice-s d’événements culturels et habitant-e-s.
  • Baisse globale des subventions aux associations, induisant des ruptures dans le lien social qu’elles créent
  • Beaucoup de dispersion thématique ou calendaire dans les grands évènements sans que cela irrigue la ville et les habitants tout au long de l’année

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Nos sources

réseau Culture 21 – Paideia

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal