Archipel Citoyen

Transports routiers

Nos objectifs

Repenser l’usage de la voiture et l’espace public

En complément des autres préconisations d’Archipel Citoyen sur le développement des modes doux et des transports en commun, les objectifs sont de :

  • Libérer de l’espace public
  • Limiter l’utilisation de la voiture, en particulier individuelle et l’autosolisme
  • Encadrer le développement des nouvelles mobilités
  • Optimiser le transport de marchandises.

Notre diagnostic

Aujourd’hui à Toulouse :

  •  Les Toulousains passent en moyenne 6 jours par dans les bouchons selon le Tom Tom Traffic Index. Une situation qui s’aggrave d’année en années. Cela représente 40 minutes par jour dans les bouchons en semaine pour un trajet aller/retour de 30minutes,
  • Toulouse et son agglomération doivent réduire leurs émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) de 40% à l’horizon 2030. Ces émissions sont principalement dues au secteur des transport. Le rapport annuel sur le développement durable 2019 montre que ce chiffre augmente régulièrement depuis 3 ans autour de 3 175 milliers de tonnes eq. CO2,
  • Toulouse a connu 5 jours d’alerte pollution en 2019.

De plus, il est à noter que dans les villes européennes, l’infrastructure routière (routes parkings, zones de services, etc.) occupe en moyenne 50% de l’espace urbain alors qu’une voiture est garée 92% du temps en moyenne et qu’à l’usage elle ne transporte qu’1 à 1.5 personne.

Le vrai bilan du maire

L’agglomération toulousaine est coupée en deux. D’un côté la “ville rose” (1,5 millions de déplacements par jour à l’intérieur de Toulouse, seulement 32 % en voiture), de l’autre “L’agglo morose” (2,5 millions de déplacements par jour entre Toulouse et sa périphérie ou à l’intérieur de la périphérie, dont 75 % en voiture). Ces enjeux de “thrombose circulatoire” ne sont plus seulement à l’échelle de la ville de Toulouse, mais à celle de l’ensemble de l’aire urbaine.

Le Projet Mobilité 2020-2025-2030 actuel :

  • ne compte que sur le renouvellement du parc automobile pour réduire les émissions de gaz à effet de serre par habitant : comme la population continue de croitre, le PDU prévoit que ces émissions augmenteront globalement de 9% d’ici à 2030…
  • ne propose des alternatives à la voiture individuelle que pour la moitié des 500 000 déplacements par jour supplémentaires attendus dans les 5 à 10 ans.
  • demeure très approximatif en termes d’objectifs de réduction de part de la voiture) dans les déplacements (58 % aujourd’hui, en baisse de  -3 et -8% d’ici à 2030) et d’augmentation de la part des mobilités alternatives.
  • Son financement, estimé à 4,272 Md€, reste incertain. Cette question est susceptible de fragiliser la mise en œuvre du PDU, et en particulier celle de la 3ème ligne de métro qui mobilise 62 % du budget global. Il convient par ailleurs de noter que 1,9 Md€ d’aménagements routiers sont programmés en plus du PDU.
  • Son impact environnemental, pour préserver la planète et respecter les engagements de lutte contre le changement climatique de la France, en particulier de notre agglomération, n’est pas considéré sérieusement, les prédictions n’étant pas comparés aux engagements.
  • Son impact sanitaire, notamment du fait des pollutions atmosphériques et sonores, n’est pas considéré.

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Nos sources

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal