Archipel Citoyen

Mettre à l’abri

Nos objectifs

Protéger les plus fragiles

Archipel Citoyen veut – par tous les moyens – proposer à chacun une solution décente  susceptible de l’inscrire dans un parcours de logement pérenne puisque l’accès au logement  digne  pour tous et toutes est un des droits fondamentaux inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Extrait du dernier rapport de la Rapporteuse spéciale au logement  de  l’ONU en 2018 émanant de l’Assemblée Générale des droits de l’Homme :
« Le droit à un logement suffisant correspond essentiellement au droit à un lieu où vivre en toute sécurité et dans le respect de la dignité humaine. Il est interdépendant avec les autres droits de l’homme, en particulier le droit à l’égalité et à la non-discrimination et le droit à la vie (voir A/71/310). C’est par rapport à ces droits fondamentaux qu’il convient d’examiner les actions des États liées aux acteurs financiers et aux systèmes de logement.”

Notre diagnostic

Il y a actuellement à Toulouse 4 163 SDF à Toulouse dont  1 505 personnes en nuitée d’hôtel , 1400 personnes en squats , 600 personnes  dans les bidonvilles.
Et la situation pourrait bien s’aggraver sachant que les CADA  (Centre de Demandeurs d’Asile)  et les CHRS (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale) sont saturés depuis des années.
Les chiffres relevés par la Veille Sociale toulousaine confirment ce constat.
En effet, moins de 6% des appels au 115 aboutissent. Et sur ces 6%, plus de 60 000 demandes d’hébergement d’urgence ont été refusées cette année. Parmi les victimes de ce manque d’accès à un hébergement, les femmes sont en bonne place. Ainsi celles victimes de violence qui sont prises en charge durant quelques nuitées seulement puis remises à la rue.
Pourtant en  dix ans le nombre de mètres carrés inoccupés a doublé dans l’agglomération avec 240000 m² de bureaux vacants  alors que d’autres vont surgir (plus de de 300000 m2 ) avec la Tour d’Occitanie et le quartier TESO.

* « les vrais chiffres de la misère dans la Ville rose », Actu Toulouse, 10/04/2019.

 

Le vrai bilan du maire

La municipalité actuelle a fermé les yeux sur l’urgence sociale depuis 5 ans  et pire , le climat municipal à l’encontre des plus démunis s’est durci : en cause : les arrêtés anti-bivouac, anti-prostitution et les expulsions.

Il suffit de se remémorer une des  déclaration de notre maire actuel :”il faut maintenir la pression sur les squats” c’est à dire se débarrasser des squats où des gens trouvent refuge car ni la préfecture, ni la mairie n’assure le droit humain minimum à un toit. Les squats sont la résultante de l’inaction politique en matière des mise à l’abri.  Mais aucune proposition alternative

En effet, les tentes fleurissantes au centre ville et sur les boulevards étaient bien trop voyantes et dérangeantes pour l’actuelle municipalité, la renvoyant à son échec cuisant en la matière . Aussi le Maire a décrété le 12/09/2019  un arrêté anti-bivouac qui a pour objectif de “Tenter de mettre fin aux campements illégaux sur l’espace public”. Le choix d’une répression d’un autre siècle plutôt que de l’accompagnement vers un logement digne.

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Nos sources

FRANCE 3 Occitanie  7/11/2019 sans abris à Toulouse
DAL 31
Le Monde 04/2019 Art de P.Gagnebet
Toulouse Idées Neuves  “Un chemin pour Toulouse”
Bureaux vides à Toulouse : le grand gaspillage », Médiacités, 12/12/2017
https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/07/2699417-hebergement-d-urgence-c-est-sature.html
François PIQUEMAL “les oubliées”

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal