Archipel Citoyen

Accès à une alimentation de qualité pour les ménages

Nos objectifs

Faciliter l’accès à une alimentation de qualité, locale, saine et choisie

Le droit de chaque être humain à se nourrir dans la dignité, que ce soit en produisant lui-même son alimentation ou en l’achetant, fait partie des droits de l’Homme.

Les notions de dignité et de droit rassemblent trois idées :

  • la disponibilité, qui consiste à produire des aliments à partir de ressources naturelles et les distribuer en points de vente,
  • l’accessibilité, qui implique que l’alimentation soit financièrement abordable,
  • le caractère adéquat, qui signifie que l’alimentation doit combler les besoins diététiques et nutritionnels de chaque individu via des produits de qualité.

Notre objectif est de tendre vers un droit à l’alimentation pour toutes et tous à Toulouse en permettant un accès à une alimentation diversifiée, locale et de qualité partout en ville et qui soit créatrice de liens.

Nos préconisations doivent aussi participer aux objectifs globaux :

  • réduire fortement, individuellement et collectivement, la consommation d’énergie d’origine fossile et nos émissions de gaz à effet de serre (GES)
  • renforcer la résilience de nos territoires c’est-à-dire leur capacité à absorber les chocs à venir par une relocalisation de l’économie (alimentation, énergie renouvelable,…)
  • renforcer les liens, les solidarités et la coopération entre l’ensemble des acteurs du territoire dont les habitantes et les habitants.

Schéma des domaines d’intervention possibles de la politique alimentaire urbaine (source)

 

Retrouvez les préconisations liées à l’agriculture urbaine et péri-urbaine en allant dans la partie Toulouse plus écologique, partie “Penser la ville” ou en cliquant sur ce lien : https://www.larchipelcitoyen.org/programme/agriculture/

Notre diagnostic

L’alimentation est responsable d’environ 25% des émissions de GES. Par ailleurs, on observe une augmentation des maladies liées à une alimentation déséquilibrée (obésité, diabète de type 2, carences, …).

On sait que l’environnement alimentaire a un impact direct sur l’obésité et la précarité des personnes. A Toulouse, il existe encore des quartiers “déserts alimentaires” où les populations vivent éloignées de lieux d’approvisionnement alimentaire diversifiés et/ou bon marché.

Il devient urgent de remédier à cette situation avec une politique commerciale volontariste ciblée sur les déserts alimentaires ainsi qu’une politique communale de santé publique promouvant l’équilibre alimentaire.

Carte des commerces alimentaires de la ville de Toulouse (INSEE, 2018)

Le vrai bilan du maire

Depuis 2006, la ville de Toulouse a signé la charte “ville active PNNS” (Plan National Nutrition Santé) et doit être mobilisée chaque année sur l’importance de la nutrition comme déterminant de santé, or les actions de la municipalité actuelle semblent bien faibles au regard des enjeux.

Par ailleurs, le budget alloué au Projet agricole et alimentaire Métropolitain qui doit permettre, entre autre, « l’accès à tous à une alimentation de proximité saine et durable » est de 60 000€ (dont 40 000€ pourvu par des appels à projet nationaux) ce qui est largement insuffisant.

Nos préconisations

Vous devez vous créer un compte et être connecté pour pouvoir voter sur les préconisations ou pour laisser un commentaire.

Showing ideas that are avec étiquettes

Vous pouvez vous aussi formuler des propositions en vous rendant sur cette page.

Nos sources

  • Cahier de recommandations Solagro et réseau action climat, 2019, “Politiques publiques : pour une alimentation bénéfique à la santé de tous et au climat” lien
  • Projet agricole et alimentaire métropolitain de Toulouse
  • L’alimentation des villes, Agence Française du Développement, 2017 lien
  • Construire des politiques alimentaires urbaines, 2017, Concepts et démarches. Ed. Quae lien
  • Diagnostiquer la précarité alimentaire à une échelle locale, 2019, Chaire Unesco Alimentations du Monde : lien
  • CERDD, 2014, Guide « Repères pour une alimentation durable » lien
  • Les systèmes alimentaires territorialisés, 2019, les Carnets Carasso lien

2 Comments

  1. Guy Torreilles

    Bonjour, Il faudrait pouvoir retrouver la main sur le foncier et le fléchage d’une partie de ce foncier vers l’agriculture citadine. C’est bien d’avoir un Muséum qui montre des plantes exotiques, les animaux préhistoriques… Ce serait formidable si les enfant pouvaient reconnaître les légumes en voyant les feuilles des plants… et les fruits en voyant le port d’un arbre ou d’un arbuste… L’île du Ramier pourrait être un terrain d’exploitation de cette idée… On tente ???

  2. Jean-Pierre HEGOBURU

    L’association Terre de lien et le collectif Terres Fertiles proposent des solutions pour développer un eco-systeme pour une alimentation bio produite localement, une réappropriation des terres naturelles et agricoles par les citoyens, pour les mettre au service de la biodiversité, de l’alimentation locale, des loisirs verts, de la culture et de l’éducation.

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal