Archipel Citoyen

Réaction d’Archipel Citoyen à l’incendie du squat de l’avenue de Muret

Ce mercredi 4 février un important incendie s’est déclaré au 44 avenue de Muret, dans l’ancien bâtiment de RTE (réseau de transport d’électricité) où vivent plus de 500 personnes réfugiées.

Nous sommes soulagés qu’il n’y ait, d’après les premières informations, pas de victimes, et tenons à assurer de notre soutien les habitant-e-s de ce bâtiment. Et nous tenons à saluer l’action des services de secours qui ont su faire preuve d’une grande réactivité pour éviter tout drame humain et maîtriser l’incendie.

Nous espérons que la Préfecture de Haute-Garonne, assistée du Conseil Départemental et de la mairie de Toulouse, saura enfin trouver des logements et hébergements d’urgence dignes pour les habitant-e-s du lieu. 

Si tant d’entre eux sont contraint-e-s de vivre dans des abris de fortune c’est avant tout parce que le gouvernement d’Emmanuel Macron mène une politique d’hébergement et d’accueil qui n’est pas à la hauteur; la Préfecture de Haute-Garonne est d’ailleurs régulièrement condamnée par le Tribunal Administratif à ce sujet. 

L’image de Toulouse est dégradée par ce type de pratiques. Le manque d’action publique laisse le champ libre aux marchands de sommeil, comme jadis au squat des Arènes. L’une des ambitions d’Archipel Citoyen est de rompre avec la passivité de l’actuelle municipalité. Pour cela, nous comptons engager des discussions constructives mais fermes avec l’État pour qu’il assure ses devoirs en matière d’hébergement d’urgence. 

Ce n’est pas d’arrêtés anti-bivouacs dont notre ville à besoin mais d’un toit pour chacun-e de ses habitant-e-s. C’est à cet objectif que nous allons travailler lors de la prochaine mandature.

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal