Archipel Citoyen

Organiser un concours pour faire connaître les artisans-commerçants qui s’engagent avec la Charte de l’agriculture et l’alimentation toulousaine

5

Donner de la visibilité aux artisans-commerçants alimentaires de Toulouse qui souhaiteraient s’engager à mettre en œuvre la Charte de l’agriculture et l’alimentation toulousaine, soit par la mise en œuvre d’un label spécifique soit par l’adaptation de l’Opération Eco-défis à la ville de Toulouse

2 Comments

  1. Marie-Cécile BELOU

    Bonjour,
    Cela peut-être intéressant mais cela demanderait de faire des contrôles directement dans les exploitations (comme pour les labels bio), n’est-il pas possible de s’appuyer sur les labels déjà existants mais en revanche d’organiser les marchés de plein vent, les boutiques etc… par allée où il n’y a que du producteur et que sur le stand du producteur il est affiché qu’il est raisonné, bio etc… Comme il est fait dans les grandes lignes à Saint Aubin. Personnellement je rencontre de vrais problèmes lorsque je fais mon marché sur Toulouse et alentours. Il n’est pas toujours évident de faire la différence entre le revendeur du producteur etc… et comme à part pour le bio il n’y a pas de vrai label… A mon sens, ce serait même une idée à creuser au national mais déjà si Toulouse montre l’exemple c’est un très bon début! S’il doit y avoir la mise en place de labels comme vous le mentionner, il pourrait être intéressant de faire participer des jeunes des écoles agricoles, cela leur ouvrirait peut être les yeux sur d’autres façon de produire..

    • Lisa FERNANDES

      Je ne sais pas si vous connaissez l’initiative “Ici C Local” développé par l’INRAE sur le marché de Grabels : http://iciclocal.fr/. Ils utilisent un code couleur pour indiquer si le produit est local, bio, etc. On pourrait envisager développer ce genre de couleurs sur les marchés de Toulouse pour une meilleure information des consommateurs.

      Ici l’idée sous-jacente est en effet que la certification ne passe plus forcément par des organismes certifiés comme pour les labels bios mais de créer une certification par les habitantes et les habitants, les agricultrices et agriculteurs, commerçantes et commerçants, … afin de recréer du lien entre ces différents acteurs du territoire selon un cahier des charges qui serait également défini collectivement.

Laisser un commentaire

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal