Archipel Citoyen

Multiplier les lieux de vente alternatifs spécialisés en produits de qualité et locaux notamment dans les déserts alimentaires

6

Le but de cette préconisation est de garantir un accès géographique et financier à une alimentation diversifiée et de qualité partout en ville. Cet diversification doit aussi permettre de créer de l’emploi et du lien entre les habitants. De nombreux exemples de commerces alternatifs existent déjà et ne demandent qu’à être multipliés : épiceries solidaires, magasins de producteurs, groupements d’achat, supermarchés collectifs, AMAPs, etc.

Actions concrètes :

  • cartographier précisément les déserts alimentaires de la ville
  • soutenir (appel à projets, mise à disposition de locaux, soutien à des plateformes logistiques de distribution) la mise en place de commerces alternatifs

La preuve par l'exemple

  • A Paris, l’association Food2Rue a mis en place en 2018, un “incubateur d’insertion culinaire” : la Panaméenne. Une halle alimentaire à la fois lieu de restauration, épicerie de produits locaux et en circuits courts, ateliers de cuisine et lieu d’insertion à l’emploi 100% féminin http://www.food2rue.org/#la-planque
  • A Nantes, l’association ECOS a mis en place en 2013 le MicroMarché, projet de circuit court de proximité co-géré par ses adhérents, ses producteurs et les différents collectifs et associations y prenant part. Le but étant de construire un réseau de distribution sur la métropole tout en recréant du lien entre les acteurs : https://www.micromarche.fr/

Impact social

  • Dynamisation des quartiers et création d’emplois
  • Création de débouchés pour les agriculteurs et agricultrices locaux
  • Promotion de l’alimentation durable

Laisser un commentaire

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal