Archipel Citoyen

Soutenir la mise en place d’épiceries solidaires

16

Afin de rendre accessible financièrement une alimentation de qualité et locale, nous proposons la création d’épiceries vendant les produits des fermes urbaines et péri-urbaines respectant la « charte de l’agriculture toulousaine » et proposant des tarifs sociaux pour les personnes en difficulté en lien avec le CCAS (Centre Social d’Action Communal) et les Maison des Solidarités.

La preuve par l'exemple

  • Dans le but de lutter contre la précarité alimentaire des jeunes, les AGORAé voient le jour en 2011. Ces espaces d’échanges et de solidarité se composent d’un lieu de vie ouvert à tou·te·s et d’une épicerie associative solidaire accessible sur critère sociaux. Implantés dans une quinzaine de campus en France, ces lieux sont portés et gérés par les étudiant·e·s et proposent des produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien vendus 80 à 90% moins chers qu’en grande distribution lien

Impact social

  •   Création de débouchés pour l’agriculture urbaine
  •   Développe une alimentation meilleure pour la santé et l’écosystème y compris auprès des personnes les plus précaires
  •   Peut s’associer à de l’emploi d’insertion

2 Comments

  1. Marie-Cécile BELOU

    Pour les personnes en précarités mais même plus largement, il serait intéressant l’organiser des ateliers pour apprendre à fabriquer ses produits ménagers soit même avec des produits naturels (bien plus économique et écologique!) Cela se démocratise, mais cela reste encore avec une image un peu “bobo” et je ne suis pas sûre que ce public connaisse ou se sente capable de réaliser ce genre de produit.

    • Lisa FERNANDES

      C’est une très bonne idée. Ce genre d’ateliers présentent, en effet, de nombreux avantages économiques et écologiques en plus d’être des vecteurs de lien social. On pourrait aussi imaginer des ateliers de cuisine, ateliers pour produire des produits cosmétiques, etc.

Laisser un commentaire

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal