Archipel Citoyen

Assurer dans tous les quartiers de la ville la présence d’un marché plein vent hebdomadaire accueillant une majorité de paysans bio locaux

17

Parmi les aliments les plus difficiles d’accès (géographiquement et financièrement), on retrouve les fruits et légumes. C’est pourquoi nous proposons de mettre en place des marchés de plein vent dans les quartiers de la ville où ils sont absents ainsi que d’encourager la vente de fruits et de légumes de saison, bio et locaux sur ces marchés.

La preuve par l'exemple

A Nantes, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif Le Début des Haricots a mis en place des micro-marchés à destination de personnes en situation de précarité (coefficient familial < 600 €/mois) avec des fruits et légumes biologiques et/ou locaux www.micromarche.fr

4 Comments

  1. Guy Torreilles

    Au marché de Croix de Pierre, pour les légumes et les fruits :
    * 2 fois par semaine c’est une exploitation agricole, agriculture raisonnée, située à 88 km (au dessus de Moissac 82)
    * et pour le petit magasin bio de l’avenue de Muret c’est une exploitation agricole située à Puylaurens 82) située à 80 km…
    Le coût du loyer pour le magasin bio est une donnée importante…
    Sur la place, une casemate “Toilettes” mais pas de poubelles de quantité à proximité pour les déchets… Pas de robinet d’eau
    Il nous faut réfléchir au fonctionnement afin d’être plus résilient… et faire de ce lieu un lieu de vie… “villageoise”…
    Un crieur de rue ??? des chants d’enfants ??? un parking d’auto-partage CITIZ ???

    • Lisa FERNANDES

      En effet, ce sont des bonnes idées. Ces places de marché pourraient accueillir d’autres activités pour en faire des lieux de vie agréables et vecteurs de lien social. Il faut bien-sûr que les infrastructures mises en place possèdent tous les éléments nécessaires à une bonne tenue du marché (poubelles, arrivées d’eau, etc).

  2. Michel Rieu

    Pas tout à fait d’accord avec la phrase d’accroche.
    Les fruits et légumes frais sont indispensables à la nutrition et, certes, ils sont chers. Le goût pour cuisiner et consommer des légumes n’est pas assez répandu.
    Par contre, pour satisfaire le besoin en produits alimentaires frais (sans transformation) et de plus grande proximité, c’est ce qu’il y a de plus facile et adapté. Donc, cet approvisionnement mérite des efforts et ceux-ci peuvent être payants.

Laisser un commentaire

Inscription aux nouvelles d'Archipel

Aller au contenu principal