[CP] Jean-Luc Moudenc signe l’arrêté de la honte

Alors qu’il inaugurait le 12 septembre une résidence dans le quartier Saint Cyprien, commercialisée à 5000€ du mètre carré, le Maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc préparait le même jour un arrêté anti-bivouac, destiné à chasser les sans-abris du centre de TOULOUSE. Alors qu’il s’affichait, à l’occasion de cette inauguration, aux côtés du groupe Vinci Immobilier, le même Jean-Luc Moudenc stigmatisait quelques heures plus tard le travail remarquable des associations qui soutiennent les plus démunis et luttent contre le mal logement.

Archipel Citoyen dénonce l’attitude du Maire de Toulouse, qui préfère livrer la ville aux opérations de défiscalisation menée par les promoteurs immobiliers plutôt que de répondre aux problèmes du mal logement des Toulousain.e.s.

Quelles solutions le maire de Toulouse propose-t-il pour éviter que des personnes dorment dans la rue ? Est-ce la mission de la police de « régler » ainsi les problèmes de logement alors que le maire a le pouvoir de réquisition ?

L’arrêté anti-bivouac du Maire de Toulouse est un véritable arrêté de la honte. Cet arrêté, qui organise une véritable chasse aux pauvres, marquera d’une tâche son mandat, et disqualifie sa candidature aux prochaines élections municipales.

A rebours de la politique de Jean-Luc Moudenc, Archipel Citoyen proposera aux Toulousain.e.s une politique du logement inclusive, répondant aux besoins de tous.
Pour que les sans-abri, les mal logés, les précaires, les étudiants, les retraités, les salariés dotés de petits revenus ou issus des classes moyennes puissent aussi trouver à Toulouse des réponses à leurs besoins en logement.