Municipales : Archipel Citoyen veut tirer au sort ses candidats

Un article de Philippe Emery paru le 16/07 dans La Dépêche du midi. Photo DDM Xavier de Fenoyl

A lire en ligne

Une autre façon de faire de la politique. C’est pour cela qu’a été créé, il y a 2 ans, Archipel Citoyen. «Il y a un fossé à combler entre élus et citoyens, notre mouvement ne se fait pas contre les partis politiques mais contre les fonctionnements qui confisquent le pouvoir des citoyens», explique Caroline Honvault. Cette militante associative très active dans le quartier Job est à l’initiative de cet archipel qui veut présenter sa liste aux municipales de mars 2020, parce que «chaque citoyen à son mot à dire» et qu’il y a «urgence démocratique, sociale et écologique».

Pas de catalogue de solutions toutes faites, «des promesses le plus souvent non tenues», selon Maxime Le Texier, autre porte-parole de ce mouvement citoyen qui ne se veut ni de gauche ni contre la gauche mais a déjà obtenu le soutien d’Europe Ecologie Les Verts (qui propose 12 candidats), de Toulouse Idées neuves, le mouvement de Romain Cujives (ex-candidat à la candidature socialiste) (10 candidats), de La France Insoumise (le parti de Mélenchon) et de Place Publique (le mouvement de Glücksman). Mais si la porte reste ouverte pour les partis traditionnels, ceux-ci devront se plier comme les citoyens lambda aux règles d’Archipel : tirage au sort si possible d’un tiers des candidats (23 sur 69) et choix des 46 restants parmi les cent candidats les plus plébiscités sur une plate-forme internet qui sert aussi à l’établissement du programme municipal, avec des ateliers réguliers.

Et un maître-mot : pas de démocratie représentative verticale mais une démocratie permanente, même une fois élus. Mille courriers ont été envoyés il y a 3 semaines à des citoyens tirés au sort sur les listes électorales pour leur proposer d’être candidats. Seuls 11 ont répondu positivement, dont 8 femmes et 3 hommes. 1 %. «Pas si mal», commente Maxime Le Texier qui lance un nouvel appel à candidats cet été. Ils devront souscrire à un manifeste des valeurs et à un code éthique qui interdit, par exemple, le cumul des mandats.