Municipales : Archipel Citoyen veut instaurer « la démocratie permanente » à Toulouse

Un article de Florine Galéron paru le 16/07/2019 dans La Tribune Toulouse. Photo Crédits Rémi Benoît

A lire en ligne

Le collectif Archipel Citoyen a fait un point d’étape lundi 15 juillet sur les avancées de son programme et du processus de désignation des membres de sa liste. Un premier tri de candidats sera réalisé d’ici le 8 septembre. Les contours de la participation de la France Insoumise restent à définir, de même que les principales propositions de campagne.

À huit mois du premier tour des élections municipales à Toulouse, où en est le collectif Archipel Citoyen fondé en 2017 en prônant « la démocratie par les habitants » ? Pour le moment, la formation est en pleine désignation de sa liste de candidats.

Depuis son origine, Archipel Citoyen veut créer un processus atypique pour les désigner. La première innovation rappelle un retour à la démocratie athénienne avec l’objectif d’avoir un tiers de la liste, soit 23 personnes sur 69, tirées au sort sur les listes électorales de Toulouse.

« Courant juin, nous avons envoyé un courrier à 1 000 personnes tirées au sort. Nous avons pour le moment reçu onze retours positifs de huit femmes et trois hommes », indique Maxime Le Texier, l’un des porte-paroles d’Archipel Citoyen.

Le collectif envisage de relancer les personnes qui n’ont pas encore répondu à la sollicitation pour atteindre son objectif.

Pas de quota de places réservées pour les partis politiques

Les 46 membres restants de la liste seront désignés par un système de vote depuis la plateforme en ligne d’Archipel Citoyen. « Nous avons actuellement une centaine de candidats et de plébiscités (personnes dont la candidature est suggérée par d’autres sympathisants du collectif, ndlr) », précise Caroline Honvault, également porte-parole.

Parmi ces premiers noms figurent de simples citoyens mais aussi des membres des partis qui ont rejoint le collectif. « EELV a présenté 12 candidats (six hommes, six femmes). Romain Cujives et son collectif Idées neuves ont soumis dix candidatures », cite Maxime Le Texier. Quant à la France Insoumise, qui a officialisé le 11 juillet son soutien à la démarche de cette liste citoyenne, des négociations sont en cours pour savoir combien de candidats présentera le parti de Jean-Luc Mélenchon.

Pour les départager, un premier tri sera réalisé d’ici un mois et demi. « Le 8 septembre, nous prendrons les 100 candidats ayant reçu le plus de soutiens sur notre plateforme en ligne », annonce Maxime Le Texier, en ajoutant que les membres du collectif n’ont pas encore tranché sur la manière de sélectionner les 46 noms qui rejoindront les 23 tirés au sort sur la liste définitive.

Et Caroline Honvault prévient, « il n’y a pas un nombre de places réservées pour tel ou tel parti, c’est ce qui a pu cristalliser les esprits ». La militante fait allusion notamment à l’annonce du groupe Génération-S de ne pas rejoindre Archipel Citoyen. Le collectif « garde le contact » également avec le Parti socialiste même si aucun indice n’indique un rapprochement. Reste aussi à décider comment incarner une liste collective dans une élection très focalisée sur la figure de la tête de liste.

« Une triple urgence, démocratique, écologique et sociale »

Sur le fond, le collectif a d’abord travaillé à l’élaboration d’un « programme démocratique » et d’un code éthique pour les candidats. Y figurent notamment la limitation à deux mandats consécutifs, un contrôle des notes de frais ou encore un plafonnement des indemnités à « trois à quatre fois le salaire de l’agent le moins bien payé ».

« Nous voulons la démocratie permanente. C’est-à-dire que si nous arrivons au pouvoir nous ferons un tirage au sort des habitants pour participer à la commission éthique devant laquelle les élus devront rendre des comptes », précise Maxime Le Texier.

Une idée proche de l’assemblée constituante proposée lors de la dernière présidentielle par Jean-Luc Mélenchon. « Concernant le programme thématique, nous donnerons des premières préconisations courant octobre. Mais nous n’avons pas vocation à donner un catalogue de promesses, le programme sera co-construit jusqu’au dernier moment avec les citoyens. Nous nous laisserons les premiers mois du mandat pour trancher sur certains sujets », ajoute-t-il. Archipel Citoyen compte axer son programme autour « de la triple urgence, démocratique, écologique et sociale ».

« Nous partageons l’analyse autour de ces trois urgences, relève Jean-Christophe Sellin, conseiller régional La France Insoumise. Nos militants ont participé le 17 juin à une première soirée d’Archipel Citoyen. Pour nous, Jean-Luc Moudenc est l’homme des trois P (passé, privatisation, pollution) mais il faut construire un projet positif pour donner envie aux gens autour de ce qui pourrait être les trois E (écologie, égalité, émancipation) ».

En attendant, Archipel Citoyen compte lance un appel à soutiens sur internet pour afficher « l’ampleur et la dynamique » autour du mouvement.