Toulouse: Pour les élections municipales, ils vont tirer au sort des candidats sur les listes électorales

20 minutes 21/06/2019 Béatrice Colin. Photo Fred Scheiber

L’article en ligne

ELECTIONS Le mouvement Archipel Citoyen, bien décidé à faire de la politique autrement, a tiré au sort de potentiels candidats sur les listes électorales toulousaines et leur a envoyé un courrier

  • Le mouvement Archipel Citoyen a lancé une «démarche citoyenne, ouverte et participative» pour les municipales de 2020 à Toulouse.
  • Pour désigner une partie de ses candidats, ses membres ont tiré au sort 1.000 noms d’électeurs qui pourront être présents sur la liste s’ils l’acceptent.
  • L’autre partie de leur liste sera composée de volontaires ou de Toulousains plébiscités. Les écologistes tout comme le socialiste Romain Cujives ont décidé d’adhérer à cette démarche.

Un millier de Toulousains vont découvrir dans les jours à venir dans leurs boîtes aux lettres un courrier les invitant à être candidat aux prochaines élections municipales. Certains croiront certainement à une bonne blague, mais c’est tout ce qu’il y a de plus sérieux.

Ceux qui ont décidé de mêler le sort au sérieux de la politique sont membres d’Archipel Citoyen. Ce mouvement, né il y a plusieurs mois, a décidé de « réimpliquer les citoyens ». Et quoi de mieux que les élections municipales pour se lancer.

https://twitter.com/archipelTM/status/1142006754726821889/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1142006754726821889&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.20minutes.fr%2Fpolitique%2F2545803-20190621-toulouse-elections-municipales-vont-tirer-sort-candidats-listes-electorales

S’inspirant de ce que faisaient déjà les Athéniens, ils ont eu l’idée du tirage au sort pour composer une partie de leur liste de 69 noms. « L’idée est de monter une liste citoyenne participative et ne pas être juste dans un petit groupe qui se coopte et qui aurait une représentativité limitée », explique Raphaël André d’Archipel Citoyen.

1.000 électeurs tirés au sort

Pour trouver ces candidats lambda, qui ne seront sélectionnés ni sur leur passé politique ni sur leur CV et leur bac +6, le collectif a tiré au sort 1.000 noms sur les listes électorales. « Un chiffre important car nous présumons que le taux de réponse sera faible. Nous avons pris les 20 quartiers de Toulouse et tiré au sort dans chacun 25 hommes et 25 femmes. Cela s’est fait de manière informatique », poursuit le militant dont le mouvement défend des valeurs démocratiques, mais aussi écologistes, plutôt ancrées à gauche.

Ce samedi, de manière symbolique, ils tireront au sort et en public les noms d’un électeur et d’une électrice, qui, s’ils l’acceptent, pourront participer à leur démarche citoyenne.

Volontaires et plébiscités

Ce tirage au sort de candidats n’est pas le seul moyen de désignation pour avoir une meilleure représentativité de la population. Jusqu’au mois de juillet, des « volontaires » ont la possibilité de se présenter. Issus de la société civile ou du monde politique, ils se présentent au suffrage des citoyens d’Archipel. Ils sont une trentaine à l’avoir déjà fait.

Parmi eux, douze membres d’EELV Toulouse. Ils ont accepté dès février de se soumettre au vote, quitte à ne pas être retenu à la fin parmi la liste des 69 noms.

Ce vendredi, c’est le socialiste Romain Cujives qui a annoncé s’inscrire dans ce processus. « Aucun responsable politique seul, aucun parti politique seul n’est aujourd’hui capable de répondre efficacement à la complexité du monde », a-t-il justifié.

https://twitter.com/Romain_Cujives/status/1142012788769996802/photo/1

Les Insoumis sont aussi tentés. Certains d’entre eux se trouvent ainsi parmi les personnes plébiscités. C’est le dernier moyen de faire partie des 69. « Les gens ont la possibilité de proposer des personnes qui feraient un bon candidat. Il y a une quarantaine de « plébiscités » qui ont accepté de rentrer dans cette logique », indique Raphaël André.