Festival Curieuses démocraties : une source d’inspiration pour Archipel Citoyen

Article du Journal toulousain 02/04/2019. Séverine Sarrat. Photo DR

lire l’ article sur le site

Le collectif La Belle démocratie organisait le week-end dernier, à l’espace Job, une rencontre entre les différents mouvements citoyens souhaitant constituer des listes participatives pour les municipales 2020. Un échange d’expérience qu’Archipel Citoyen n’a pas manqué.

200 personnes venant de toute la France se sont réunies à l’espace Job de Toulouse le week-end dernier à l’appel du collectif La Belle démocratie. Celui-ci prône l’appropriation directe de la politique par les citoyens. Pour cela, il soutient les divers mouvements qui tentent de constituer des listes participatives en vue des prochaines élections municipales, tout en essayant d’en faire émerger de nouveaux. « À ce jour, près d’une vingtaine sont en coconstruction sur tout l’Hexagone », constate Isabelle Dalban, membre de La Belle démocratie.
Le festival Curieuses démocraties, organisé à Toulouse, visait justement à rassembler les différents collectifs locaux porteurs de listes participatives. N’étant pas des professionnels de la politique, ces mouvements citoyens ont besoin d’échanger leurs expériences pour se développer et atteindre leur objectif : « Conquérir le pouvoir pour le partager avec le plus grand nombre et non pour le concentrer entre les mains d’une poignée d’élus », affirme Isabelle Dalban.
Au travers de plusieurs ateliers, les “festivaliers” ont ainsi pu s’enrichir des compétences d’autres collectifs pour améliorer leurs méthodes, leur organisation et l’utilisation d’outils participatifs. « Comment travailler avec les Gilets jaunes ? Comment animer une réunion de 100 personnes ? Comment former une liste participative ? Autant de questions dont les réponses ont permis aux participants d’avancer dans la construction de leur mouvement respectif », raconte la représentante de La Belle démocratie.

Archipel Citoyen avance

Un rendez-vous auquel Archipel Citoyen a naturellement collaboré. « Nous croyons à l’intelligence collective pour aboutir à un programme électoral réellement démocratique. Nous avons d’ailleurs recueilli 300 idées d’actions sur le seul thème de ‘’la participation citoyenne dans une municipalité 3.0’’ », précise Caroline Honvault, l’une des porte-paroles du mouvement toulousain. Et comme pour toutes les décisions prises, « un compte-rendu sera fait en réunion et ce sont les citoyens qui en valideront les propositions à retenir pour l’élaboration de notre programme », explique-t-elle.
Un processus qui suit son cours. Deux premières réunions publiques auront lieu les 3 et 10 avril prochains pour en affiner les enjeux : « Nous n’irons pas vers des propositions détaillées qui ne resteraient que des promesses, mais plutôt vers de grands thèmes sur lesquels nous nous engagerons. »
Et d’ici septembre, le collectif assure que le programme sera abouti afin que les candidats, désignés démocratiquement, puissent pleinement s’en imprégner. Quant à celui ou celle qui le portera, il-elle sera plébiscité-e par tous ses colistiers d’ici la fin de l’année.